25000

3266
02:23
Sans titre

projet.gif

La tribu-marcadier


Présentation :

 

Embarquer les trois enfants, suspendre le crédit de la maison, acheter un camping-car et partir découvrir le monde : une envie un peu folle. Et peu à peu un projet qui prend corps. Rien ne prédestinait la famille Marcadier - rebaptisée « tribu » pour l'occasion - installée à Fayence depuis 2000, à entreprendre, à partir du mois de septembre, un périple de onze mois en Amérique du Sud et centrale. Rien, sauf le grain de sable venu perturber la délicate mécanique d'une vie « normale ».

 

En 2006, les médecins diagnostiquent au petit dernier, Evan, 18 mois, une tumeur maligne, à un stade très avancé. « Il avait une chance sur deux », déclare Frédéric, le papa, dont l'activité professionnelle est établie à Saint-Raphaël et Fréjus. C'est au cours de cette terrible épreuve que les parents se sont lancé le défi que la famille s'apprête aujourd'hui à relever. « C'était super-important de s'évader et surtout de regrouper la famille autour d'un projet », poursuit-il.

 

Préparatifs :

Evan s'en est sorti, alors au boulot ! « Au départ, on voulait vraiment tout plaquer. Puis le projet a mûri. Je ne nous voyais pas nous arrêter tous les mois dans un hôpital pour faire ses prises de sang ou rentrer en catastrophe si les résultats s'avéraient inquiétants », ajoute la maman, Nathalie. Ils décident d'attendre la rémission du petit. L'association la Tribu passeurs d'espoir, est créée.

 

Ainsi, depuis deux ans Frédéric, Nathalie, Enzo, Matis et Evan se préparent à prendre la route. Enzo, 12 ans, très motivé pour se faire des copains là-bas, est impatient de remplir de ses valises « Goliath », le camping-car. Il veut visiter le Costa Rica. Matis, 10 ans, rêve de la Floride des séries télé, mais espère pouvoir garder le contact avec ses camarades de classe, « par Internet et webcam ». Pas évident dans la pampa... « Tous mes copains et copines vont un peu me manquer », avoue quand même Evan, âgé aujourd'hui de 5 ans, qui compte bien se rattraper avec « les baleines, mais surtout pas les requins ».

 

D'école en école :

Si les enfants doivent étudier par le Cned, pas question de rompre avec l'environnement scolaire traditionnel. La tribu a mis en place un partenariat avec l'association « Les enfants d'Atacama » de La Seyne-sur-Mer, qui doit intervenir dans les classes de Matis et d'Evan afin de créer du lien. Les Marcadier recherchent actuellement d'autres associations à destination des enfants Sud-Américains, afin d'enrichir l'échange.

 

Les enfants de l'hopital l'Archet à Nice :

Il reste aussi aux Marcadier à trouver (dans l'idéal) sept ordinateurs portables (1) afin de les donner au service onco-pédiatrie de l'hôpital l'Archet à Nice. « Le but, c'est que les enfants du service puissent suivre notre voyage via notre site Internet. Ce serait leur donner une échappatoire », explique le papa. « Nous ne voulons pas nous servir d'Evan et de sa maladie comme d'un porte-parole. Simplement c'est notre vécu », se défend, en revanche, la maman.